Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Milie  Nom  p'tite souris
 Age  24  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  WH Visa  Durée du séjour  1 an.... plus ?
 Date de départ  26/02/2007   Note: 4,1/5 - 29 vote(s).
 Description : "vivre ses rves"....
rves et vie d'une p'tite souris en Aussie

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Milie ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 30/11/2007
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Aaahhhh.... on ouvre grand la bouche !

Voici donc la derniere etape, la plus delicate : l'extraction de la perle ! Cette etape s'etale au maximum sur une journee pour l'huitre, en fonction de sa "cooperation".

 

A savoir tout d'abord :

Une perle se cree ainsi : l'huitre recouvre de nacre se qu'elle considere comme intru (grain de sable, coquillage,...), afin de se proteger.  On appelle se genre de perle une "perle naturelle". Pour fabriquer ce genre de perle, cela demande beaucoup de temps et elles sont donc vendues tres cher.

Pour parer a la demande importante en perles et surtout en grosses perles par l'industrie joalliere, un autre procede a ete cree : on reconstitue une perle avec 2 moities de nacre decoupes dans les coquilles d'autres huitres perlieres ; differentes tailles sont fabriquees ; elles seront placees au sein des huitres pour etre recouverte par un couche de nacre, donnant le brillant et la beaute finale a la perle.

Lorsqu'elles sont encore jeunes, on place donc une perle reconstituee de petit qualibre, puis a chaque extraction, la perle remplacee est de plus en plus grosse, donnant en fin de vie du coquillage de grosses perles, vendues a prix d'or.

 La premiere perle retiree de l'huitre est decisive pour la survie de celle-ci ; si elle est jugee de mauvaise qualite, aucune autre chance n'est donnee a l'huitre, elle sera tuee.

 

 Les perles sont vendues 500 dollars minimum ; on compte 6 a 10 huitres par panneau, 70 panneaux par lignes, et la ferme compte a ce jour environ 500 lignes, et envisage de doubler sa capacite dans l'annee... tout cela sans compter la vente de la nacre des coquilles ainsi que la viande de perle (particulier a manger, pas mais pas mauvais marinee avec de la mangue !)

Je vous laisse calculer...

:-)

 

 

 Nous y voici, une journee typique....

 

Une partie de l'equipe part en dinghi pour lever les lignes (decrochage des panneaux de la ligne principale) ; environ 3 lignes sont relevees pour la journee.

Elles sont apportees, toujours en bateau, a la "harvest place".

 

Lorsqu'elles arrivent, elles sont retirees delicatement des panneaux puis placees dans des paniers de 6 poches (2 par poche). Il ne faut surtout pas "traumatiser" l'huitre tout au long de cette journee.

Les panneaux vides seront mis a secher au soleil pour une autre utilisation.

Les paniers sont immediatement immerges dans des bassins d'eau de mer. Les bassins sont regulierement vides et realimentes par un systeme de pompage d'eau salee en mer. Cela reconstitue l'environnement naturel de l'huitre, avec la simulation des marees a chaque changement d'eau.

 

Lorsque le niveau de l'eau est au plus haut dans le bassin, l'huitre, en confiance, va s'entrouvrir pour s'alimenter.  Le niveau de l'eau va alors etre descendu un peu, pour laisser le haut de l'huitre hors de l'eau. Deux a trois personnes longent les bassins pour alors, a ce moment, placer rapidement une pince dans cette ouverture, puis un pieu, afin de la maintenir ouverte. Le pieu n'est place qu'a ce moment la car lorsqu'elle est immergee totalement, l'huitre laisse sortir de sa coquille une partie de sa chair, et cela pourrait la tuer si on realise cette operation a ce moment ; alors que lorsque l'on baisse le niveau de l'eau, la plupart restent entrouverte, mais se replie a l'interieur de la coquille : aucun risque alors de la blaisser (lorsque l'on baisse le niveau de l'eau, celles qui se referme laissent echapper un jet d'eau, c'est impressionant !).

Elles sont ensuite placees dans un autre panier, et distribuees (par nous !) aux "chirurgiens".

 

L'operateur va alors remplacer le pieu par une nouvelle pince, afin de la manipuler facilement sans la blesser, et la maintenir ouverte avec la grandeur d'ouverture de son choix.

 Il va alors delicatement soulever la chair a l'interieur de l'huitre, pour atteindre une partie precise, qui renferme la perle ; il va inciser la chair, afin d'en extraire la perle avec des outils tres fins. La plus grande precision et delicatesse est demandee, car une mauvaise incision peut tuer l'huitre.

La perle retiree est alors examinee ; si sa qualite est mauvaise, l'huitre sera tuee. Le nombre d'huitres jugees mauvaise ou tuees pendant l'operation peut varier ; en moyenne, cela va de 40 a pres de 180 !

On en retirera la chair ("triperies" de l'huitre que l'on fait secher au soleil afin de s'assurer de ne pas perdre de perles -naturelles ou reconstituees- accidentellement ; et je peux vous dire qu'a cet endroit, c'est une IN-FEC-TION !!!), pour ne garder que le muscle, vendu pres de 200 dollars le kilo ! Et l'on conservera la coquille, que l'on polie pour la vente, ou que l'on decoupe pour faire des boutons avec la nacre, ou autres.

Si la perle est jugee bonne, elle sera remplacee par une autre perle reconstituee, de taille similaire (afin de ne pas pertuber l'huitre), puis elle sera placee, refermee, de nouveau dans un panneau, positionnee de cote afin de favoriser la cicatrisation et de ne pas perdre la nouvelle perle, et remise sur une ligne en pleine mer pour quelques mois avant de recommencer l'operation.

Une huitre peut vivre environ 9 ans au maximum, mais la qualite de la perle n'est plus commercialisable en fin de vie.

 

photos...

 

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty